My name is Wendy — Transistor Darlington

Le travail sur une commande produit et empile des tentatives avortées, des possibilités d’images entrevues qui viennent rejoindre des archives. Ces images laissées-pour-compte, en tant que maquettes préparatoires ou en tant que réponses impropres aux impératifs d’un brief ou d’une commande (écartées selon notre propre point de vue ou parfois refusées par le commanditaire), occupent une place intercalaire entre les projets. Certaines archives contiennent potentiellement des hantises, quelque chose qui ne veut décidément pas passer. Elles sont à rapprocher des fameuses fiches “fantômes” dans les bibliothèques qui en place d’un volume emprunté ont la forme d’une page ou d’une planchette sur laquelle, ici, seraient inscrits les résidus textuels ou graphiques des tentatives : titres, dates, formes, lettrages.

Ces versions rendent compte du processus très complexe qui préside à l’apparition d’une image dite “valable” et validée. Si nous détournons l’affirmation de Mallarmé, peut-être qu’une image ne finit jamais, tout au plus fait-elle semblant sous un angle précis à l’instant T. Si ici le cheminement est temporel, sur un axe plus proprement spatial, il y a bel et bien une activité dans les soubresauts ou les interstices. Toutes les images de l’exposition sont donc construites sur des erreurs heureuses, des spasmes formels, ce sont des niches où quelque chose pourrait éventuellement aller.

Transistor Darlington à My Monkey


SPACE
En Féronstrée, 116
B-4000 Liège
05/02/20 — 26/02/20